Par Christophe Raffaillac, le 20 Novembre 2015 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Les notaires de Saône-et-Loire viennent de dévoiler les chiffres de l'immobilier pour tous les secteurs du département. L'occasion pour Maître Bizollon de rappeler que le marché retrouve des couleurs, pour le plus grand bonheur des acheteurs !

Comment se porte l'immobilier au niveau des transactions ?

Me Vincent Bizollon : depuis quelques mois, nous constatons une reprise des ventes. Après une année 2014 plutôt maussade au niveau des transactions, 2015 fait place à une belle éclaircie. Cela se traduit par une progression de 14 % des ventes de maisons (sur la période  de septembre 2014 à septembre 2015). Le maintien des taux d’intérêt à leur plus bas niveau et la stabilité des prix de l’immobilier ont fortement contribué à l’amorce de cette reprise, qui doit désormais se confirmer.

Quelle tendance peut-on observer quant à l'évolution des prix ?

Me Vincent Bizollon : les prix connaissent toujours une tendance légèrement baissière, ce qui signifie qu’il vaut mieux se trouver en situation d’acheter que de vendre. Je ne manque pas de sensibiliser les clients vendeurs sur la difficulté d’obtenir le prix souhaité au moment de négocier leur bien, surtout s’ils ont acheté au cours des 5 à 10 dernières années. Certains ont accepté de payer le prix fort à cette époque, mais la conjoncture actuelle ne permet pas de retrouver nécessairement sa mise de départ, au moment de revendre !

Dans quels secteurs du département les prix semblent le mieux résister ?

Me Vincent Bizollon : 2 secteurs se détachent clairement en termes d’attractivité : le Mâconnais et le sud du département qui profitent du dynamisme de la région lyonnaise. Au sein de la communauté urbaine de Mâcon, le marché demeure relativement actif. Cela repose sur l’activité économique avec le bassin d’emploi qui en découle, et sur la qualité du parc immobilier qui compte de belles maisons à vendre. Plus au nord du département, Chalon-sur-Saône conserve tout son pouvoir de séduction, de par sa situation stratégique au cœur de la Bourgogne.

Dans ce contexte, que conseillez-vous aux primo-accédants et investisseurs ?

Me Vincent Bizollon : en acceptant de résider en périphérie de ville comme Montceau-les-Mines ou Le Creusot, les primo-accédants peuvent trouver des terrains à bâtir à des prix très compétitifs. Et malgré la hausse du coût de la construction, cela autorise des projets dans le neuf à des prix abordables. Ce qui n’est pas le cas autour de Mâcon ou Chalon-sur-Saône, où les prix du foncier ont flamblé.

Si l’on se place du côté des investisseurs, les communes les moins onéreuses, situées dans les secteurs de l’Autunois, du Charolais, de Creusot-Montceau-les-Mines offrent de belles opportunités. Les biens immobiliers y restent accessibles, tout en procurant des loyers appréciables. Mais je conseille aux investisseurs de louer des appartements de qualité, pour se démarquer de l’offre de l’Office public de l’habitat, qui dispose d’un parc de logements généralement récents.

Comment voyez-vous l'avenir au plan immobilier ?

Me Vincent Bizollon : il reste largement lié à l’évolution de la situation économique… Même s’il est difficile de se prononcer, les taux d’intérêt devraient rester durablement bas. Du côté des prix, la donne ne devrait pas réellement changer dans les mois qui viennent. Cela se traduit par un marché tout à fait favorable aux acheteurs.

  •  Imprimer