Par Christophe Raffaillac, le 30 Avril 2015 dans JE M'INFORME SUR L'IMMOBILIER - L'indicateur immonot des prix

Belle accalmie au niveau de l'évolution des prix, horizon dégagé pour le crédit, climat de confiance en perspective, autant de signes qui annoncent des conditions immobilières clémentes !

Marché immobilier à 2 heures de Paris : opportunités à saisir

Si Paris et la région parisienne sont épargnées par les perturbations, avec des prix toujours soutenus, il n’en est pas de même dans les territoires limitrophes à “moins de 2 heures” de la capitale. Ces derniers se montrent plus abordables, avec des conditions relativement clémentes pour investir. Il faut dire qu'en l’Île-de-France, les prix ont atteint 5 300 €/m2 pour les appartements, ce qui en fait un marché immobilier sans équivalent dans l’hexagone. Alors, pourquoi ne pas s’installer à moins de 2 heures de Paris ? D’autant que les liaisons TGV facilitent les choses pour mettre le cap à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde.

Parmi les régions concernées, on trouve la Haute-Normandie avec Rouen (76) ou encore Évreux (27), qui offrent de nombreux services, le tout dans un cadre idéal pour un prix médian de 156 000 €. Et s’il s’agit de dénicher une résidence secondaire, la côte, reliant Le Havre à Dieppe, réserve de belles opportunités ! Le prix médian d’une maison y sera inférieur à 145 000 €. Une région attrayante, qui se révèle être un bon compromis en bordure de région parisienne.

Mais la région du  Nord et la Picardie, à respectivement 152 000 et 150 000 €, suivent de près ! Une destination prisée en raison du TGV, qui situe Lille à 1 heure de Paris. Ces 2 régions peuvent aussi compter sur leurs atouts au plan immobilier. Dans le département du Nord, Lille mise sur son dynamisme pour séduire les jeunes actifs. Car même si les prix des appartements y sont soutenus, 2 890 €/m2, ils restent bien plus compétitifs qu’en Île-de-France (5 300 €/m2). Et lorsque les maisons atteignent les 197 500 €, le prix s’avère attractif au regard de ceux pratiqués en région parisienne. Quant aux amateurs de résidences secondaires, la Côte-d’Opale leur procurera d’agréables surprises ! À Calais, les prix médians des maisons avoisinent les 125 000 €, ce qui laisse augurer de belles opportunités… Mais en Picardie, Compiègne (60) ou Amiens (80) tirent bien leur épingle du jeu. À respectivement 170 000 et 185 000 €, les offres de maisons à vendre sont d’autant plus intéressantes qu’elles se situent dans la périphérie de Paris.

La région Champagne-Ardenne dispose aussi de solides arguments, ce qui se traduit par un prix médian de 145 000 €, en hausse de 3 % au 1er trimestre. Reims (51) jouit de sa bonne image et voit ses maisons dépasser la barre des 200 000 €. Le marché troyen  affiche des valeurs assez proches.

Dans ce tour d’horizon, la région Centre se positionne comme la plus compétitive à “moins de 2 heures de Paris”. Mais en fonction de la ville convoitée, les prix varient sensiblement d’Orléans, 185 000 €, à Tours qui atteint 235 000 € au niveau des maisons.


Marché immobilier grand ouest : une douceur appréciable

Du nord au sud de l’Atlantique, le marché immobilier profite d'une bonne cote ! La région Aquitaine enregistre les plus fortes valeurs avec des maisons à 180 000 € et des appartements à 2 241 €/m2. Arcachon et Biarritz participent largement à cette surchauffe, car les prix des appartements atteignent les 5 000 €/m2 pour les mieux situés. Mais Bordeaux ne démérite pas, car la métropole régionale jouit d’une belle notoriété et profite d’un formidable essor avec l’arrivée de la LGV en 2017. Ce qui permet au marché bordelais des appartements de dépasser les 3 500 €/m2.

Un petit tour par la Bretagne donne l’occasion de vérifier que la région conserve un vrai pouvoir de séduction auprès des acquéreurs. Rennes voit le prix de ses appartements progresser et atteindre 2 500 €/m2. Lorsque l’on s’approche du littoral, les maisons en vente à Saint-Malo (35) atteignent 245 000 € et culminent à 260 000 € à Vannes (56).

Plus au sud, Poitou-Charentes et Pays-de-la-Loire se suivent au coude à coude, avec des prix médians de 140 000 € et 138 000 €. Mais les 2 régions se caractérisent pour les grands écarts entre le bord de mer et l’intérieur des terres. Par exemple, Saint-Martin-de-Ré (17) se situe à 347 500 €, tandis que Surgères (17) n’exige que 157 900 € de budget pour une maison. La même situation est observée dans les Pays-de-la-Loire, entre La Baule (44) à 342 500 €, et Saint-Philibert-de-Grand-Lieu (44) à 165 000 €. Enfin, les maisons entre 250 000 € et 300 000 €, dans des villes comme Angers et Nantes, restent des valeurs sûres.

Du côté de la Basse-Normandie, Caen, avec des maisons à 172 500 €, profite d’une bonne dynamique. Et dans le département de la Manche, Cherbourg joue les premiers rôles avec un prix médian de 147 000 € au niveau du marché des maisons.

Avec une médiane de 100 000 €, le Limousin se veut accessible. Mais pour trouver un bien à Limoges, il faut prévoir un budget de160 000 €.


Marché immobilier sud : de belles amplitudes de prix

À 235 000 médians, PACA arrive sans surprise en pole position des régions les plus chères du Sud de la France. Les maisons à Fréjus (83) peuvent atteindre les 500 000 € ! Dans les terres, Avignon (84) avance des prix médians de 220 000 €.

Mais le territoire du Languedoc-Roussillon affiche aussi de belles prétentions avec un prix médian de 227 000 €. Montpellier y joue les premiers rôles avec des appartements à 2 920 €/m2.

Quant à Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, les régions cachent de fortes disparités. Si leurs prix médians (150 000 € et 180 000 €) se montrent attractifs, les tarifs des appartements varient de 3 000 à 4 000 €/m2 à Toulouse et Lyon.

Du coup, l’Auvergne peut séduire, car avec son prix de 110 000 €, le marché immobilier est avenant. Clermont-Ferrand réclame 2 100 €/m2 pour les appartements.


Marché immobilier est : un redoux bienvenu !

La Franche-Comté voit ses prix légèrement baisser, pour se situer à 145 000 € au niveau des maisons. Et du côté des appartements, les 1 410 €/m2 attestent d’une belle douceur sur le marché immobilier !

Des conditions semblables que l’on retrouve en Bourgogne, où les prix des maisons s’élèvent à 120 000 € et ceux des appartements à 1 507 €/m2. Mais Dijon et Besançon se démarquent des marchés régionaux, avec des prix qui se situent dans une fourchette de 2 000 à 2 500 €/m2.

Et plus à l’est, avec une médiane de 111 000 €, la Lorraine offre des conditions encore plus clémentes.


  •  Imprimer