Par Christophe Raffaillac, le 20 Septembre 2013 dans JE M'INFORME SUR L'IMMOBILIER - L'indicateur immonot des prix

Même si les acheteurs s'accordent plus de réflexion, leur passion pour la pierre demeure intacte. Très convoités, les biens restent sur leur piédestal, mais les vendeurs sont davantage disposés à en négocier la valeur.

Des prix qui résistent à toute épreuve ?

Comme taillés dans le roc, les prix des biens à vendre au 2e trimestre ont, selon l'Indice immonot, conservé des valeurs proches de celles enregistrées au 1er trimestre 2013.

Les maisons s'affichent à un prix médian de 160 150 ?, en progression de + 0,52 % sur 3 mois. Les appartements campent aussi sur de solides positions, car leurs tarifs ont pris de la hauteur sur cette même période, avec plus de 1 point d'augmentation.

Souvent annoncé, l'effritement de la pierre n'est pas au rendez-vous. Quelques lézardes font jour dans certains territoires, mais rien d'alarmant, il s'agit surtout d'un réajustement des prix. Preuve que les fondamentaux du marché reposent sur un bon socle !

Des maisons qui occupent le terrain...

Indice immonot des MAISONS
- Prix médian : 160 150 euros
- + 0,52 % au 2e trimestre

Après un début d'année 2013 empreint  d'attentisme, le secteur immobilier semble entrevoir de nouveaux horizons. Tant au niveau des prix que du volume de transactions, la période estivale a, semble-t-il, redonné de la confiance aux acquéreurs.

Les derniers chiffres issus de l'Indice immonot confirment cette tendance, puisque après un repli de 1,25 % fin 2012, les prix des maisons ont confirmé leur rebond au 2e trimestre 2013 (+ 0,52 % par rapport au 1er trim.). Ce contexte haussier, valable pour l'ensemble du territoire (hors Île-de-France), cache quelques disparités, car toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne (voir la carte ci-dessus).

Au hit-parade des 3 plus fortes progressions, figurent les régions Midi-Pyrénées (+ 5,96 %), Basse-Normandie (+ 4,06 %) et Auvergne (+ 3,66 %). Si la première bénéficie de l'attractivité du bassin toulousain, les deux autres semblent tirer profit de la sagesse des prix pratiqués sur leur territoire, respectivement 160 000 et 134 800 ?.

En fin de classement, on retrouve les régions Bourgogne (- 2,99 %), Poitou-Charentes (- 2,85 %) et en Haute-Normandie (- 2,10 %). Sans doute l'occasion de marquer une pause dans ces régions qui ont connu une certaine inflation au premier trimestre !

Vents d'ouest favorables aux appartements !

Indice immonot des APPARTEMENTS
- Prix médian : 2055 euros/m2
- + 1,38 %au 2e trimestre

Les appartements semblent plus sensibles aux fluctuations du marché que les maisons. Les territoires où les prix augmentent sont largement majoritaires, cela explique la progression de 1,38 % sur ce marché au 2e trimestre 2013.

Pour découvrir les régions qui profitent de cette embellie, il faut mettre le cap à l'Ouest, en direction de la Haute-Normandie où les appartements ont augmenté de 6,33 % (prix médian 1 945 ?/m2). Toujours en direction de l'Atlantique, Bordeaux participe largement au succès des appartements en région Aquitaine où la hausse atteint + 5,97 % (prix médian 2 270 ? m2).

Les Pays de la Loire ne sont pas en reste avec une augmentation de 5,83 % pour des transactions se situant dans une médiane de 2 060 ? le m2.
C'est du côté du soleil levant que la situation s'est quelque peu assombrie. Ainsi, la Bourgogne enregistre un léger recul des prix (- 1,42 %) et la Picardie connaît la même tendance (- 2,08 %).

Rien de comparable avec la région Rhône-Alpes où les appartements consentent des rabais de 12,4 % au 2e trimestre, comme pour atténuer les 25 % de hausse enregistrés en 2012.

Des terrains propices à l'immobilier...

Indice immonot des TERRAINS
- Prix médian : 85,5 euros/m2
- + 0,55 % au 2e trimestre

Le foncier confirme sa situation enviable ! Très convoité par les acquéreurs et largement apprécié des services fiscaux (réforme de la plus-values prévue en 2014), il ne cède pas de terrain au niveau des prix.

Bien que modeste (+ 0,55 %), la progression situe tout de même le prix médian d'une parcelle à 85,5 ?/m2. L' Aquitaine est la meilleure illustration de la tension qui pèse sur les terrains, car le prix augmente de 4,87 % et la valeur atteint 196 ?/m2. Les évolutions constatées en régions Centre (+ 3,70 % (60 ?/m2) et Pays de la Loire (+ 2,38 % (87 ?/m2) confirment la force d'attraction des terrains !

Le notaire a connaissance des nombreuses affaires, pensez à le consulter.

Parole de notaire - Me Carole FOUQUET FONTAINE

Maître Carole FOUQUET FONTAINE
Président délégué de la chambre interdépartementale des notaires de Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe

"Je constate un frémissement du marché sarthois. Ce frémissement peut être de nature à ce que les acheteurs potentiels retrouvent confiance. Plusieurs facteurs concourent à la réalisation d'affaires :
  • les taux d'intérêts bancaires sont toujours très attractifs et il faut en profiter ;
  • la ligne LGV Paris - Le Mans va procurer un nouvel essor au département ;
  • la fiscalité des plus-values immobilières des résidences secondaires est allégée depuis le 1er septembre. Le taux de 19 % s'applique désormais jusqu'à 22 ans de détention du bien au lieu de 30 (prélèvements sociaux de 15,5 % toujours calculés sur 30 ans).
De plus, les cessions conclues entre  le 1er septembre 2013 et le 31 août 2014 bénéficient d'un abattement exceptionnel de 25 % de l'impôt et des prélèvements sociaux.
Je conseillerais donc aux vendeurs de se saisir de ce contexte fiscal favorable. Du côté des acquéreurs, les conditions semblent plus clémentes également, car les prix des biens deviennent
plus abordables."

Parole de notaire - Me PEYCHEZ

Maître PEYCHEZ
Président de la chambre des notaires de Dordogne

"Même si les chiffres traduisent une relative stabilité des prix en Dordogne, on ne peut nier
le net ralentissement du marché en termes de transactions.

Ce recul s'explique en raison de la récente désaffection des Britanniques et Hollandais pour les résidences secondaires et par un phénomène de rétention des produits chez les vendeurs potentiels.

Dans ce contexte, le Périgord offre de belles opportunités pour acquérir des biens ruraux de caractère, rénovés et situés dans un secteur très reposant et accueillant. Le territoire bénéficie, en outre, d'une excellente desserte routière (autoroute A89) et aérienne (aéroports de Périgueux et Bergerac avec liaisons low cost). Du coup, les acquéreurs parisiens et provinciaux sont désormais sur les rangs pour faire des offres !"
  •  Imprimer