Publié le 07 avril 2017  par Christophe Raffaillac dans Actualités

Très sensibilisés sur l'avenir des retraites, les Français savent qu'ils doivent se préparer à cette échéance, notamment pour se procurer des revenus supplémentaires. Pour y arriver, l'immobilier arrive en tête des placements à réaliser. Découvrons comment ils envisagent de bâtir l'avenir.

Sur le podium des placements préférés des Français, on trouve respectivement :
  1. L'immobilier locatif (pour 68 %)
  2. L'assurance vie (pour 59 %)
  3. Les placements en actions (pour 38 %)
C'est le résultat d'une enquête réalisée par le Centre d'Études et de Connaissances sur l'Opinion Publique (CECOP) sur les Français, l'épargne et la retraite, réalisée à la demande du Cercle de l'Épargne et d'Amphitéa (du 7 au 10 février 2017 auprès d'un échantillon de 1 001 personnes).

Un podium inchangé en 2017

Cette année, les Français maintiennent la même hiérarchie qu'en 2016, plaçant en tête le bien immobilier à louer suivi d'assez près par l'assurance vie et, à bonne distance, par les actions.
Cependant, les évolutions constatées entre 2016 et 2017 confirment l'intérêt plus marqué des sondés pour l'immobilier. Leur part progresse de 3 %, puisqu'ils sont désormais 68 % à préférer la pierre (contre 65 % en 2016). Ce bon score de l'immobilier s'explique notamment par les taux d'intérêt particulièrement bas, ainsi que par la baisse du rendement des autres produits d'épargne.
L'assurance vie, qui recueille les suffrages de 59 % des épargnants, recule de 3 points cette année. La plus forte progression provient des actions, qui intéressent désormais 38 % des interrogés (+ 9 points).

Une rentabilité toujours appréciée

Au chapitre rentabilité du placement, le classement reste inchangé, puisque le trio de tête voit toujours l'immobilier se positionner en premier :  pour 53 % des épargnants.
Là encore, assurance vie et actions occupent respectivement les 2e et 3e positions.
Même si les conditions de mises en location se sont durcies sous l'effet de la loi Alur, les besoins de logement dans les zones tendues font que la demande locative est au rendez-vous. Ce contexte profite naturellement à l'investissement immobilier.
  •  Imprimer