Publié le 06 octobre 2016 dans Actualités

Le baromètre des dons aux associations est au beau fixe ! Malgré la crise, les Français se montrent, d'année en année, de plus en plus généreux. Un élan du coeur qui serait bon pour le moral et contribuerait à nous rendre tout simplement heureux selon certains spécialistes…

C'est prouvé, non seulement donner permet de faire des économies d'impôts, mais cela rend heureux ! Il suffit de (re)lire les travaux de l'économiste Mickaël Mangot pour comprendre comment la "dynamique du don" actionne les leviers du "bonheur" et contribue à renforcer, durablement, l'estime de soi. Bref, "Donner fait du bien, aux autres comme à soi-même". Est-ce la raison pour laquelle les Français, régulièrement accusés de ne s'intéresser qu'à leur seul petit nombril, se montrent de plus en plus généreux ? En tout cas, les faits sont là… Selon une enquête menée par France générosités, le syndicat professionnel des associations et des fondations faisant appel à la générosité, la collecte des dons augmenterait de 2 à 3 % par an depuis 2008. Une courbe ascendante que rien ne semble pouvoir arrêter, pas même le chômage, la crise, les attentats et le marasme ambiant !

Ainsi, en 2016, plus de la moitié des Français (58 %) ont déclaré soutenir financièrement une association ou une fondation. 43 % des donateurs donnent au moins 50 euros par an et 68 % affirment que le montant de leurs dons est stable, voire en augmentation. Dans le Top 3 des causes les plus plébiscitées, l'aide et la protection de l'enfance se taille la part du lion (39 %), suivie par la recherche médicale (30 %) et la lutte contre l'exclusion et la pauvreté (29 %). Viennent ensuite l'aide aux personnes âgées ou handicapées et la défense des droits de l'homme.

La génération Y (née entre le début des années 80 et le milieu des années 90) est également très impliquée. 45 % des jeunes de moins de 35 ans disent donner, mais ils se mobilisent généralement pour d'autres causes que celles de leurs aînés : la protection des animaux (23 %)  et l'aide d'urgence internationale (16 %) sont les principales. La moitié d'entre eux a recours au e-don. Le don en ligne représente à peu près 6 % de la collecte globale.

Enfin, la générosité des Français fluctue au gré des saisons, 41 % des dons se faisant sur…  le 4e trimestre !!! Bref, on est en plein dedans. Et si on s'y mettait dès maintenant ? Vu que c'est bon pour le moral, y'a vraiment pas de quoi s'en priver !

V.A.

  •  Imprimer