Publié le 21 juin 2016 dans Actualités

Le secteur de l'immobilier devrait connaître des changements dans les mois à venir. C'est l'ambition de la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, qui a présenté ses trois chantiers prioritaires pour les mois à venir. 

Lors d'une récente conférence de presse, la ministre du Logement a de nouveau fait part de son souhait de relancer le secteur de l'immobilier avec pour objectif "agir pour que la reprise bénéficie à tous", sans perdre de vue la justice sociale et l'environnement.

Cela se traduit par trois grands chantiers prioritaires

  • la mobilisation des logements vacants. Afin de permettre la remise sur le marché des logements vacants pouvant être "immédiatement mobilisables", la ministre du Logement envisage la création d'un dispositif incitatif simple et novateur visant en priorité les propriétaires réticents suite à une mauvaise expérience de location. En contrepartie d'une location à un ménage modeste, à un prix inférieur à celui du marché, ces propriétaires pourront bénéficier d'un avantage fiscal et d'un accompagnement de l'Anah pour réaliser des travaux. Les modalités de ce dispositif seront précisées dans le cadre de la loi de finances 2017.
  • l'accélération de la rénovation énergétique de l'ensemble des bâtiments qui va se traduire par la mise en place d'une mission sur le déploiement d'un "service public de l'efficacité énergétique" et la mise en place d'une "plateforme de la rénovation énergétique".
  • le renouvellement de la politique des écoquartiers. Une mission a été confiée à Alain Jund, vice-président de l'Eurométropole de Strasbourg, pour "évaluer les apports" des actuels écoquartiers et renouveler le référentiel, afin de valoriser les éco-matériaux et la construction locale. Pour mener à bien cet objectif, la ministre du Logement a dégagé cinq priorités : créer des écoquartiers adaptés à l’échelle du territoire, une labellisation qui recouvre l’ensemble du cycle de production de l’écoquartier (depuis la conception jusqu’à la vie quotidienne des habitants), une exigence soutenue concernant la participation des habitants à la conception et à la gestion de leur quartier, une réflexion approfondie sur la santé, le bien-être et la nature en ville et une attention particulière concernant la qualité de l’air intérieur.

MCM

  •  Imprimer