Publié le 02 juin 2016 dans Actualités

"La définition que je donne du risque majeur, c'est la menace sur l'homme et son environnement direct, sur ses installations, la menace dont la gravité est telle que la société se trouve absolument dépassée par l'immensité du désastre". C'est ainsi que Haroun TAZIEFF qualifiait le risque majeur. Il existe en France le Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) qui définit les zones présentant des risques de différentes natures. Alors pourquoi à chaque phénomène climatique, ça devient dramatique ?

Inondations, mouvements de terrain, incendies de forêts sont des évènements qui occasionnent des dégâts sur les biens mais peuvent aussi avoir des conséquences fatales sur les personnes. Ces risques peuvent cependant être prévenus.

En effet, quand vous achetez un bien immobilier, votre notaire annexe à l'acte un document appelé "État des risques naturels prévisibles". Le vendeur et l'acquéreur prennent connaissance de ce document et le signent. Ainsi, on vous alerte préalablement sur le fait que la maison que vous achetez est en zone inondable. Votre commune peut se trouver totalement ou partiellement dans un plan de prévention des risques inondations (PPRI).

Le PPRI est un document qui émane de l'autorité publique. Il est approuvé par le préfet, après enquête publique et approuvé au Plan local d'urbanisme (PLU) en tant que servitude d'utilité publique. Attention, ses dispositions priment sur toute autre considération ! Il permet d'évaluer les zones pouvant subir des inondations. Il définit les règles de constructibilité dans les secteurs susceptibles d'être inondés, en se basant sur les crues de référence. La carte de zonage définit 3 zones :

  • la "zone rouge" où d'une manière générale toute construction est interdite, en raison d'un risque trop fort ;
  • la "zone bleue" où l'on autorise les constructions sous réserve de respecter certaines prescriptions (par exemple, la cote de plancher à respecter) ;
  • la "zone blanche" qui est une zone non réglementée, car non inondable pour la crue de référence.

Ce document est régulièrement revu face au dérèglement climatique. Les inondations ne sont pas une fatalité. L'homme ne devrait-il pas s'adapter à la nature au lieu d'urbaniser à tout prix ?

SSW

 

 

  •  Imprimer