Par Stéphanie Swiklinski, le 5 Janvier 2017 dans J'ACHETE - J'achète dans le neuf

Auto-construire consiste à se transformer en castor pour bâtir sa maison, sans faire intervenir des professionnels du bâtiment. Ce procédé gagne du terrain en France mais n'est-ce pas prendre des risques ?  

Quel est le principe de l'auto-construction ?

Construire soi-même la maison idéale, unique : qui n'en a pas rêvé ? Mais, contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, se transformer en auto-constructeur n'est pas de tout repos. La route est longue et parsemée d'embûches !
Vous devrez endosser seul plusieurs "casquettes" et faire face à toutes les démarches qu'assument normalement les architectes, les constructeurs et les artisans. Avant même de commencer les travaux, vous devrez passer par la première étape : la budgétisation. En tant qu'auto-constructeur, vous devrez prévoir un budget pour votre opération de construction. Il faudra alors englober non seulement le coût des travaux mais aussi les coûts liés à l'achat du terrain, des matériaux et des raccordements aux différents réseaux.
La seconde étape concerne l'achat du terrain. En fonction du budget que vous avez déterminé, la prospection peut alors commencer. Le coût sera différent si votre choix se porte sur un terrain viabilisé ou non.
La troisième et dernière étape portera sur les choix techniques. Vous devrez :
- vous documenter sur les techniques de constructions, les matériaux, les normes en vigueur (RT 2012, installations électriques...), les démarches administratives à effectuer ;
- vérifier que le terrain trouvé est bien constructible, consulter les documents d'urbanisme et faire une étude de sol pour éviter les mauvaises surprises ;
- établir les plans de votre maison ;
- dresser votre plan de financement et démarcher les banques pour obtenir un prêt ;
- déposer le permis de construire (qui ne sera peut-être pas accepté si votre dossier et vos plans ne sont pas conformes ou si vous n'avez pas pris en compte le fait que vous êtes dans un secteur protégé) ;
- acheter les matériaux.

Avouez que ce serait quand même plus "confortable" de faire confiance à des professionnels qui s'occuperont de tout à votre place !

 Est-ce plus avantageux pour vous ?

Ne vous leurrez pas, il sera plus difficile de trouver un prêt, car les banques n'aiment pas le risque, c'est bien connu. Elles s'entourent de garanties pour faire face aux éventuels litiges et aléas. Aussi, les organismes de crédit se montreront sans doute plus conciliants si les plans de votre maison sont réalisés par un architecte qualifié et si vous confiez le gros œuvre à une entreprise de maçonnerie. En choisissant cette solution, vous bénéficierez notamment de la garantie décennale, tout en vous réservant une partie des travaux.
Peut-être qu'un courtier en prêts pourra également vous aider dans votre démarche pour trouver un financement. Concernant le financement, peut-être encore plus que pour un projet immobilier "classique", l'auto-construction requiert un "profil" emprunteur irréprochable. Les banques se montrent, en effet, encore plus exigeantes pour ce type de projet. Tout va reposer sur sa présentation et vos qualités de persuasion. Préparez le rendez-vous afin de vous y présenter muni de devis, plans, budget prévisionnel... Cela vous permettra de mieux défendre votre cause et de démontrer la viabilité de votre projet d'auto-construction.
Ne perdez pas de vue que si vous êtes locataire, votre chantier va durer dans le temps (parfois jusqu'à 2 ans), et que pendant ce temps, vous allez continuer à payer un loyer.
Votre portefeuille pourra également souffrir de votre inexpérience. Vous risquez d'être obligé de démonter ou de changer certaines installations avant d'obtenir le résultat escompté... Et cela engendre un coût ! Si vous cumulez les oublis, les erreurs, les retards et la lassitude physique et "morale", est-ce que le jeu en vaut la chandelle ?

Est-ce risqué ?

Se lancer dans l'aventure de l'auto-construction est un pari risqué. Il y a les risques inhérents à la construction à prendre en compte. Vous pouvez tout d'abord vous retrouver débordé par l'ampleur des travaux. Ce n'est pas du tout ce que vous aviez prévu ! Souvent, le problème est que le maître d'œuvre et maître d'ouvrage exercent leur véritable métier en parallèle et construisent la maison le week-end et pendant les vacances.
Avez-vous également pensé aux risques que vous prenez physiquement sur le chantier ?
Vous devez faire preuve d'une grande prudence, car vous n'êtes pas à l'abri d'un accident. Les risques de malfaçons de la construction sont aussi à prendre en compte. Comme vous êtes auto-constructeur, vous n'avez pas les mêmes compétences qu'un professionnel du bâtiment. Alors attention aux malfaçons, surtout lorsqu'elles touchent au gros œuvre !
Petite mise en garde : si vous êtes en couple avec des enfants, ne délaissez pas votre petite famille et ne vivez pas que pour la réalisation de votre rêve (ce n'est peut-être pas le leur) !
Enfin, il existe aussi des risques liés aux garanties légales. Avant de vous laisser tenter par l'aventure, sachez que vous aurez peut-être un peu de mal à souscrire :
- une assurance dommages-ouvrage couvrant les constructions défectueuses. En matière d'auto-construction, elle n'est pas obligatoire. Si vous souhaitez la contracter, vous risquez de vous opposer aux réticences de votre assureur car le risque est important ;
- la garantie décennale (ou assurance responsabilité professionnelle) concernant les vices ou dommages de construction qui peuvent affecter la solidité de l'ouvrage et de ses équipements indissociables, ou qui le rendent inhabitable ou impropre à l'usage auquel il est destiné. En tant que particulier, vous n'êtes pas tenu de la souscrire. Et il est d'ailleurs très difficile de l'obtenir pour une auto-construction. En cas de revente de votre logement dans les 10 ans suivant la fin du chantier, sachez que tout dommage subi par l'acheteur sera à votre charge (en tant que constructeur). Et cela peut vous coûter très cher !
Vous ne bénéficierez pas non plus des garanties de parfait achèvement, garantie de livraison et garantie biennale de bon fonctionnement. D'un point de vue plus "personnel", si vous ou une personne travaillant sur le chantier se blesse, que va-t-il se passer ? Rapprochez-vous de votre assureur pour savoir si votre assurance responsabilité civile vous couvre dans le cadre d'une auto-construction. Si ce n'est pas le cas, prévoyez-le, car si vous n'êtes pas couvert et que quelqu'un se blesse sur votre chantier, cela peut aller loin. Parfois jusqu'au procès.

  •  Imprimer