Par Nathalie Duny, le 21 Février 2013 dans J'ACHETE - Je finance mon projet

Si négocier son taux de crédit est entré dans les m?urs, rares sont ceux qui cherchent la meilleure assurance de prêt. Le choix de cette assurance est loin d'être anodin. C'est un gage d'économies réelles et la garantie d'une protection adaptée.

À quoi sert une assurance de prêt ?

Afin de se prémunir contre les risques de décès, d'invalidité ou de chômage de leurs clients, les organismes de crédit demandent aux emprunteurs d'adhérer à une assurance-emprunteur au moment de la signature d'un prêt immobilier.

Elle constitue une garantie contre les éventuelles défaillances de remboursement et permet à l'emprunteur de conserver le bien acheté en cas de coups durs.

Ce que change la loi Lagarde

Depuis septembre 2010, l'emprunteur est libre d'assurer son prêt auprès de l'intermédiaire de son choix. La banque ne peut pas refuser un contrat d'assurance de prêt s'il offre des garanties équivalentes. De même, elle ne peut modifier ses conditions de taux si l'emprunteur souscrit une assurance autre que celle proposée par sa banque.

Notre conseil ! À vous de faire jouer la concurrence ! L'assurance peut représenter de 5 à 20  % du coût total du crédit (intérêts, assurance, hors frais de dossier, hypothèque et autres sûretés). En cherchant l'offre la plus compétitive, vous pouvez économiser jusqu'à 65 % sur la note !

Faut-il opter pour une "assurance groupe" ou la délégation ?

C'est une couverture d'assurance collective que la banque a négociée avec une compagnie d'assurance pour en faire bénéficier ses clients. Les formalités d'adhésion sont simples.
Mais les risques sont mutualisés et le tarif est unique, quel que soit le profil de l'emprunteur (âge, situation professionnelle, etc.). Certains établissements de crédit ajustent leurs offres et s'adaptent aux différents profils d'emprunteurs.

On appelle "délégation d'assurance" un contrat d'assurance de prêt individuel, souscrit en dehors de l'établissement prêteur.
Cette formule a une approche personnalisée, elle est souvent plus compétitive. C'est particulièrement vrai pour les jeunes en bonne santé et ne fumant pas. De nombreuses compagnies d'assurances proposent ces couvertures. À vous de les comparer !

Les points de l'assurance à vérifier :
  • le coût total ;
  • le niveau de franchise ;
  • l'étendue de la couverture ;
  • les délais de carence, surtout pour la garantie incapacité temporaire et totale de travail en assurance perte d'emploi ;
  • les modalités d'indemnisation des arrêts de travail (indemnitaire ou forfaitaire ?) ;
  • les exclusions qui portent sur certaines professions, sports, pathologies.
Notre conseil ! Si vous manquez de temps, le recours à un courtier peut être une solution. Ce professionnel fera pour vous le tour du marché !




  •  Imprimer