Par Nathalie Duny, le 5 Octobre 2012 dans J'ACHETE - Je finance mon projet

Depuis la loi Lagarde, mise en place en septembre 2010, l'emprunteur est libre de choisir son assurance de prêt immobilier. Pourtant, peu de Français ont profité de cette réforme. Un point s'impose...

Un contrat d'assurance, pourquoi ?

Pour tout crédit immobilier, il faut adhérer à un contrat d'assurance permettant de se couvrir contre certains risques (décès, invalidité, chômage...) et de protéger ses héritiers durant la période du crédit. C'est la condition sine qua non de toute acceptation de prêt immobilier.

Ce qui a changé avec la loi Lagarde

Désormais, un emprunteur peut choisir librement l'assurance en couverture de son prêt immobilier.
Le principe est simple : les banques ne peuvent plus imposer aux emprunteurs leur contrat groupe.

Si le contrat d'assurance souscrit auprès d'une autre compagnie présente les mêmes niveaux de garantie que celui proposé par la banque, celle-ci ne peut pas refuser le crédit. Et la loi précise :
"toute décision de refus doit être motivée".

Ce libre choix ne s'applique pas seulement aux futurs emprunteurs. Il concerne également les personnes déjà engagées dans le remboursement d'un crédit.

Un marché très concurrentiel

Le dispositif Lagarde a incité les banques à revoir leur offre d'assurance emprunteur pour permettre aux assurés de bénéficier de tarifs mieux adaptés à leur situation. Ainsi, le marché des assurances est beaucoup plus concurrentiel.

C'est une bonne nouvelle car, concrètement, le coût global des crédits a diminué.

Faites appel à un spécialiste !


Il vous aidera à comparer toutes les offres du marché et sélectionnera pour vous la meilleure. C'est un expert en assurance crédit !

Une réforme méconnue

Les Français sont encore mal informés quant à cette loi.

  • Près de 50 % des propriétaires ou des non propriétaires qui ont l'intention d'acheter ne comparent toujours pas les offres d'assurances de prêts immobiliers.
  • Seulement un propriétaire sur trois sait qu'il peut résilier son assurance emprunteur au cours de son crédit pour en changer.
  • 50 % des propriétaires ne sont pas conscients qu'il est possible de réaliser des économies en négociant son assurance emprunteur.
  • 47 % des acquéreurs avouent ne pas connaître "le montant de leur assurance par rapport au coût total de leur crédit immobilier".
  •  Imprimer